Chronique | La petite mariée suivi de Nuage et soleil – Rabindranath Tagore

–> Le petite mariée suivi de Nuage et soleil

–> Rabindranath Tagore

–> Paru en 2004

–> Nouvelle

–> 111 pages

–> Nouvelles extraites du recueil Le vagabond et autres histoires

–> Lu pour le plaisir

–>


Au Bengale, l’amour suit des chemins sinueux avant de triompher : quand le sérieux Apurbo tombe amoureux de Mrinmayi, une jeune villageoise vive et espiègle, et décide de l’épouser, sa mère se met alors en tête de transformer Mrinmayi en parfaite femme au foyer. Mais la jeune femme se révèle rétive et seul l’amour d’Apurbo pourra lui redonner sa joie de vivre.

Giribala n’est encore qu’une petite fille lorsqu’elle vient demander à Sashi de lui apprendre à lire. Le temps passe, Giribala grandit, mais Sashi, absorbé par ses préoccupations d’adulte, ne comprend pas qu’elle attend de lui d’autres leçons…


3[1]


Ah, cela faisait tellement longtemps que ce livre traînait dans ma PAL ! Pourtant, le résumé m’attirait assez quand je l’ai acheté, mais cette couverture… Vraiment pas attirante. Et puis, l’autre jour, je me suis lancée. Je me suis dit que c’était un petit livre et que, comme ça, ma pile à lire baisserait encore un peu. Donc voilà, maintenant je l’ai lu et je peux vous dire que ce n’est pas une déception.

Tout d’abord, parlons de l’histoire ou plutôt des histoires, vu que ce livre contient deux nouvelles. Je les ai trouvés, en général, assez banal, sans rien d’extraordinaire. Mais elles sont émouvantes et très bien écrites. Rabindranath Tagore a su me faire plonger dans l’univers de nos deux couples alors qu’on ne les suit que durant une cinquantaine de pages chacun. Je me suis toutefois plus attaché à Mrinmayi et Apurbo, car les mésaventures du deuxième couple étaient expliquées de manière trop compliquée, trop confuse.

Ensuite, La petite mariée et Nuage et soleil sont, comme je l’ai déjà dit, des nouvelles. Il fallait donc s’attendre à ce que tout ce passe assez vite. Je trouve cependant que l’auteur a su mettre à profit les quelques pages qu’il avait à sa disposition. Le fait que les événements ne soient pas nombreux lui a permis d’expliquer ce qu’il se passait de manière ce qu’on ait toutes les informations nécessaires. Dans le cas de la deuxième nouvelle, il nous donne même trop de détails ce qui fait qu’on trouve quelques longueurs. J’ai vite pardonné cette petite erreur à ce poète indien, car c’est le seul point négatif que j’ai trouvé durant ma lecture.

Enfin, je vais vous parler de ce qui m’a le plus plu durant ma lecture : la plume de Rabindranath Tagore ! Les tournures de phrase ne sont pas compliquées, mais si jolies. Mr Tagore utilise des métaphores magnifiques qui rendent ses récits très poétiques. Il nous transmet extrêmement bien les sentiments que les personnages ressentent et ce avec une facilité étonnante.

En conclusion, les histoires racontées dans ces deux nouvelles n’ont rien d’exceptionnel, mais elles nous transmettent énormément de sentiments grâce à la plume poétique de Rabindranath Tagore.

«Les petites lettres noires inconnues semblaient monter la garde à quelque
grand portique mystérieux, en rangées serrés et sans fin, avec les baïonnettes des voyelles
sur leurs épaules, et ne donnaient aucune réponse aux questions de Giribala.»

Monica

Publicités

Laissez votre avis ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s